Cruautés et barbaries des corridas

http://www.dailymotion.com/video/x349sr_conference-de-presse-spa-250907_events

http://www.dailymotion.com/video/x349zf_apprendre-a-tuer_shortfilms

"Chaque fois que la corrida avance, c'est l'humanité qui recule"


Spot contre la corrida - Renaud

« Je ne pensais pas qu’on puisse autant s’amuser autour d’une tombe », chante Francis Cabrel dans « la Corrida » où il dénonce le torero, « cette danseuse ridicule ». Malheureusement, il existe en France, comme en Espagne, des amateurs qui apprécient d’assister à la mise à mort d’un animal et des personnes ravies de leur offrir ce « spectacle », moyennant finances.



Vous vous rappelez, il y a quelques années de Lucio. Son histoire a été relatée dans certains journaux suite à un fait divers. Il n’avait que 19 ans. C’était à Séville, un jour de printemps, et le célèbre Maestranza était bondé. Quand le taureau a chargé, Lucio était trop près; un coup de corne furieux lui a arraché l’œil droit. Quand il a quitté l’hôpital, Lucio a manié sans arrêt la cape pendant trois mois. Malgré la perte de son œil, il ne voulait pas renoncer au rêve de sa vie. À la fin de l’été, il est retourné combattre dans l’arène de Séville, d’où il est sorti porté en triomphe. “C’était risqué, a-t-il reconnu, mais c’est le propre de la corrida.”

La périlleuse prestation du torero a inspiré compositeurs, écrivains et metteurs en scène. Voilà peut-être pourquoi des millions de touristes considèrent qu’un voyage en Espagne ou au Mexique serait incomplet s’ils n’assistaient pas à une corrida. Les touristes ne sont cependant pas les seuls à se masser dans les arènes. Les matadors célèbres attirent en effet des milliers d’amateurs locaux dans les plazas monumentales de Madrid, de Séville et de Mexico. Pour l’aficionado, le matador est un artiste comparable à un Goya ou à un Picasso, un maître qui brave la mort en un gracieux ballet.

Cependant, tous les Espagnols n’ont pas la corrida dans le sang. Lors d’un récent sondage, 60 % des personnes interrogées ont dit ne guère s’y intéresser, voire pas du tout. Plusieurs mouvements sont même partis en campagne contre cette “fiesta nationale”, soutenant que la “torture ne relève ni de l’art ni de la culture”. Je ne suis pas espagnol mais j’adhère tout à fait à ce point de vue.


Une tradition séculaire

Fascinante pour les uns, répugnante pour les autres, la confrontation de l’homme et du taureau est une tradition qui remonte à l’Antiquité. Les peuples méditerranéens éprouvent depuis longtemps du respect pour le caractère indomptable du taureau sauvage. Les picadors, qui harcèlent le taureau de leurs piques, on été introduits par les Maures et font maintenant partie intégrante de la cérémonie.

Toutefois, ce n’est pas avant le XVIIIe siècle que la corrida commença à ressembler à ce qu’elle est aujourd’hui. Elle a cessé alors d’être l’affaire des aristocrates pour devenir celle de professionnels issus de classes inférieures. À peu près à la même époque, Goya a dessiné une tenue spécifique appelée aujourd’hui "traje de luces", “habit de lumière”, à cause de ses somptueuses broderies d’or et d’argent. On s’est mis également à sélectionner soigneusement les taureaux.


Des taureaux d’une autre sorte

Au XVIIe siècle, le vrai taureau sauvage disparut de ses derniers retranchements, les forêts d’Europe centrale. Toutefois, le taureau sauvage espagnol a survécu au cours des trois derniers siècles grâce aux croisements sélectifs d’animaux de combat. C’est sa réaction face au danger qui constitue la principale différence entre le taureau sauvage et le taureau domestique. Le taureau sauvage espagnol attaquera inlassablement tout ce qui bouge devant lui. La corrida repose entièrement sur cette caractéristique de l’animal, caractéristique que les éleveurs essaient constamment d’améliorer. Pendant quatre ans, le taureau est choyé, jusqu’au jour décisif où il se retrouve brutalement propulsé dans l’arène : quelle cruauté !

Avant son entrée, il n’a jamais vu de matador ni de cape; dans le cas contraire, il se souviendrait de la technique et serait trop dangereux : eh oui ils ont une excellente mémoire et sont intelligents ! Cependant, il charge instinctivement ce morceau d’étoffe qui bouge, qu’il soit rouge ou de toute autre couleur (les taureaux ne perçoivent pas les couleurs). En une vingtaine de minutes, tout est fini; une masse inerte de 450 kilos est traînée hors de la piste………A vous dégoûter.


Les différentes parties de la corrida

Pendant la cérémonie d’ouverture colorée, tous les participants défilent en cercle dans l’arène, savoir les trois matadors, leurs assistants et les picadors. Chaque matador affronte deux taureaux en deux combats séparés. Tout au long des combats, un orchestre accompagne l’action en jouant une musique traditionnelle entraînante, tandis que des sonneries de clairon annoncent le début de chacun des trois tercios, ou actes, du spectacle.

La première phase débute après que le matador a fait plusieurs passes préliminaires en provoquant le taureau avec une grande cape. Le picador entre à cheval, armé d’une lance à pointe d’acier. On excite le taureau pour qu’il charge la monture, dont les flancs sont protégés par une armure rembourrée. Le picador pare l’attaque avec sa pique, lacérant les muscles du cou et des épaules de l’animal : la torture commence ! Les muscles du cou s’en trouvant affaiblis, le taureau est obligé de baisser la tête lorsqu’il charge, ce qui est particulièrement important pour la mise à mort. Suivent deux nouvelles attaques, puis le picador quitte la place. Le second tercio peut commencer.

Dans cette partie du spectacle, les banderilleros, aides du matador, entrent en scène. Leur rôle est de planter deux ou trois paires de banderilles, de courtes flèches à barbelure d’acier, dans les épaules du taureau. Se tenant à quelque 20 ou 30 mètres de la bête, le banderillero attire son attention en poussant des cris et en faisant force gestes. Quand le taureau charge, le banderillero court à sa rencontre et l’esquive au dernier moment, tandis qu’il lui plante deux dards dans les épaules : quelle boucherie !

Lors de l’acte final, le matador affronte seul le taureau. Cette partie décisive du combat est appelée le moment de vérité. Pour se jouer de l’animal, le matador se sert de sa muleta, une pièce de serge ou de flanelle écarlate. Le taureau charge désespérément, tandis que le matador, à l’aide de passes calculées, l’amène toujours plus près de lui. On a dit de cette phase du combat qu’elle “n’est pas réellement une lutte entre l’homme et le taureau, mais un combat de l’homme contre lui-même: jusqu’où osera-t-il laisser s’approcher les cornes, jusqu’où ira-t-il pour plaire à la foule?”

Lorsque le matador a démontré sa maîtrise sur l’animal maintenant écœuré, il se prépare à la mise à mort, le point culminant de la corrida : franchement vu l’état de l’animal, il n’a vraiment aucun mérite !

Il s’assure que le taureau est dans la position idéale, les sabots antérieurs joints. Puis il se dirige vers l’animal, se penche sur le berceau des cornes et plonge son épée entre les épaules, tout en essayant de se prémunir contre un éventuel coup de corne. Dans le meilleur des cas, l’épée tranche l’aorte, et c’est la mort quasi instantanée. Toutefois, cela arrive rarement, la plupart des taureaux ne s’effondrant qu’après plusieurs tentatives : pourquoi tant de souffrances, même les animaux ne sons pas aussi cruels !

Même à l’agonie, le taureau peut tuer. Témoin ce qui est arrivé au Yiyo, célèbre matador de 21 ans mort dans l’arène il y a quelques années. Il s’est retourné après avoir donné le coup de grâce lorsque la bête, rassemblant ses forces, lui a transpercé le cœur d’un coup de corne !


Sciage des cornes et mort

Pour beaucoup, la corrida est un spectacle coloré et excitant (Je ne vois pas comment ?!?). Elle n’en est pas moins hideuse sous plus d’un aspect. Un passionné de tauromachie m’a fait observer que “dans cette misérable machination, le seul qui soit digne d’honneur, c’est le taureau, lui qu’on mutile pourtant en lui sciant le bout des cornes pour qu’il ait du mal à repérer sa cible”.

La corruption des organisateurs de corridas est notoire, ce qui a fait dire à un matador sur le ton de l’ironie qu’il craignait “deux fois plus (...) les directeurs d’arènes” que les taureaux par eux-mêmes. Bien que les matadors célèbres puissent gagner des dizaines de millions d’euros, la concurrence est âpre, et les blessures et la mort guettent à tout instant le torero. Sur les quelque 125 matadors de renom de ces 250 dernières années, plus de 40 sont morts dans l’arène. Durant chaque saison taurine, la plupart des matadors reçoivent au moins un coup de corne, la blessure étant plus ou moins grave.


Ce que vous pouvez faire

Ne vous rendez pas dans une corrida ! comme toute une économie tourne autour de la corrida, n’allez pas dans les villes organisatrices, préférez ces villes du Sud qui refusent d’offrir la cruauté en spectacle.

 

-
 

Les Européens contre les corridas

Les Européens n'en veulent pas des corridas. Par un sondage de la SOFRES. Il en ressort que les opposants sont majoritaires dans les pays de l’Union interrogés, que des corridas y soient organisées ou non.
L'Allemagne, 93% sont contre, ainsi que 73% des Français et 49% des Espagnols (13% de sans opinion et contre 38% pour) se déclarent contre la corrida. La Belgique 81%, la Suisse 82%.
L’enquête date de 2003 auprès d’échantillons de 1 000 personnes représentatifs des populations âgée de 15 ans et plus.

Tous les Espagnols n’ont pas la corrida dans le sang. Lors d’un récent sondage, 60 % des personnes interrogées ont dit ne guère s’y intéresser, voire pas du tout. Plusieurs mouvements sont même partis en campagne contre cette “fiesta nationale”, soutenant que la “torture ne relève ni de l’art ni de la culture”. Je ne suis pas espagnol mais j’adhère tout à fait à ce point de vue.


Sites conseillés
http://www.onevoice-ear.org/campagnes/tuer_pour_plaisir/enfants_arene.html
http://www.faace.co.uk/manipulation.htm
http://stopcorrida.skyrock.com/3.html
http://www.anticorrida.com/


Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site