Poème "Tauromachie" de Stany

Tauromachie.jpg

 

Tauromachie
Le plaisir cruel de l'homme fait du taureau,
La sanglante victime du fier torero!
Assoiffé de gloire, le banderillero,
Sans scrupule, à l'animal, frappe le garrot.

Des défilés présentatifs aux mises à mort,
La première souffrance vient du picador.
Fatigué des véroniques ; longeant les corps,
Le taureau a parfois raison des matadors.

Trop souvent pourtant, l'ignoble tauromachie
Laisse des cadavres, aux héros affranchis.
Comme un art la considèrent les vils écrits,
Tel celui du gladiateur défendant sa vie.

Combien de temps encore cette corrida ?
Puisqu'avachi déjà, avant la muleta,
Aucun mérite ne revient au dernier bras.
Pourtant quelle fierté pour cet art le plus bas!

Pauvre taureau, dont la vie mise en parade,
Exite un abruti, las des promenades.
Et ce triste cœur, qui ne bat la chamade,
Fait tituber l'animal à l'estocade.

Pourquoi devant tant d'indifférence folle,
N'ont-ils repris le rite du taurobole ?
Le public en serait devenu l'idole,
Face au taureau qui a perdu la boussole.

 

                                             stany

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×