Diesel/essence : Lequel est le plus écolo ?

 

 

Diesel/essence : Lequel est le plus écolo ?

Est-ce l'essence ou le diesel qui pollue le plus ? Le consensus est loin d'être acquis sur la question et, en annonçant une hausse du gazole de 3 centimes d'euro à la pompe, le gouvernement a attisé le conflit.
Cette vieille bataille semble quand même tourner à l'avantage des moteurs diesel, si et seulement si ces derniers sont associés sur les voitures à un filtre à particules, ce qui est loin d'être courant.

Les points forts du diesel

- Moins de CO2. A puissance équivalente, les moteurs diesels consomment moins que les moteurs à essence. Conséquence, les diesels émettent environ 20% de moins de CO2, le principal gaz à effet de serre, que les véhicules au super sans plomb, selon une étude de l'ADEME (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie), parue en septembre 2002.
- Moins de CO. Le diesel émet également nettement moins de monoxyde de carbone (CO), coupable de réduire l’apport d’oxygène dans le sang.
- D'une manière générale, les émissions totales d’hydrocarbures imbrûlés (HC), appelés aussi composés organiques volatiles (COV), sont inférieures que celles constatées avec l'essence. Attention, cependant, parmi tous les HC ou COV, certains sont plus ou moins dangereux. Ainsi le diesel produit beaucoup plus d’hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP), des polluants aux propriétés cancérigènes.

Les points faibles du diesel

- Le moteur diesel émet en moyenne 1,6 fois plus d’oxydes d’azote (NOX) que le moteur à essence équipé d’un pot catalytique.
- Surtout, les diesels sont fortement handicapés par les émissions de fines particules, caractéristiques. Les 'fumées noires' du diesel rejettent en effet des particules, soupçonnées d'être cancérigènes, et pouvant pénétrer profondément dans les poumons. D'où l'intérêt du Filtre à particules (FAP).

Développé en premier par PSA Peugeot Citroën, le FAP permet, selon l'ADEME, de réduire de 90% en moyenne la quantité de particules rejetées par le diesel. Selon l'Agence de l'environnement, la pollution aux particules a ainsi été ramenée à un niveau comparable à celle des moteurs à essence. Reste à savoir maintenant si les moteurs à injection directe d'essence, qui apparaissent depuis peu, n'ont pas pris une nouvelle longueur d'avance... Affaire à suivre.

Liens utiles
http://www.ademe.fr/

   Roulez mieux pour polluer moins

Selon un sondage Ifop pour l'Auto-journal, 54 % des automobilistes seraient prêts à supporter un surcoût de 1500 euros pour acquérir une voiture moins polluante. Alors que la voiture a pris possession de l'espace urbain (18 % à Paris), la protection de l'environnement se révèle donc être un préoccupation majeure pour la plupart des automobilistes.

Quels sont donc les 'petits trucs' pour un comportement plus propre ?

Déjà, des voitures dites 'propres', c'est à dire utilisant des carburants 'propres' et autrement connus sous le nom de CR (carburants de remplacement), sont disponibles sur le marché. Toutefois, ce type de véhicules demeure très cher à l'achat. C'est pourquoi, ils ont autant de difficultés à percer.

. Le GPL ou le gaz de pétrole liquéfié. Il s'agit d'un mélange de butane et de propane. Ce carburant est économique puisque le prix du litre oscille autour de 60 centimes d'euros contre un euro le litre de gazole et 1,30 euros le litre de sans plomb 98.
Si vous possédez un véhicule traditionnel, il est envisageable de l'équiper d'un 'Kit GPL' pour la modique somme de 2290 euros. Toutefois, lorsque l'installation n'est pas d'origine, sachez que le réservoir de carburant GPL se loge le plus souvent dans le coffre de votre véhicule, ce qui rend ce dernier inutilisable.
D'autre part, des risques d'explosion sont à prévoir avec ce type de carburant. Le 31 janvier 1999, six pompiers ont été blessés par l'explosion d'une voiture en feu équipée au GPL, à Vénissieux, près de Lyon. D'ailleurs, certains parkings refusent l'accès à ce type de véhicules.

Le GPL n'est pas l'unique CR. Les constructeurs mettent également l'accent sur les voitures électriques, avec l'élaboration de nouvelles piles électriques pour véhicules. Ces voitures, déjà sur le marché depuis plusieurs années, ont conquis de nombreux conducteurs. La mairie de La Rochelle (17), séduite par l'aspect écologique et économique de ce type de véhicules, en a même équipée son 'écurie' municipale.

. Dans le milieu des constructeurs automobiles, on parle également de la mise prochaine sur le marché du Gaz naturel pour véhicule (GNV). Extrêmement pauvre en carbone, le GNV provoque 25 % d'émanations de CO2 de moins que l'essence et 10% de moins que le GPL.
L'apparition sur le marché, attendue dans quelques mois, de la voiture à air comprimé pourrait encourager  le conducteur à repenser sa façon de conduire.
D'autres recherches ont prouvé que la combustion de l'essence et de l'hydrogène réduisait considérablement les émanations toxiques des gaz d'échappement. Les chercheurs ont donc élaboré des piles à combustion qui se révèleraient très efficaces.
On pourrait également voir apparaître d'ici quelques années des véhicules roulant à  l'Ether diméthylique, l'huile de canola, l'éthanol et autres CR perpétuellement en cours d'élaboration.

Mais plus que le moteur, c'est tout un état d'esprit à changer.

Petits gestes quotidiens à acquérir pour ne plus être montré du doigt :

. Rouler moins vite et à vitesse constante. On consomme et pollue beaucoup plus en alternant accélérations et freinages.
. Régler son moteur.
. Entretenir son véhicule le plus régulièrement possible.
. Pour les petits trajets, s'abstenir de prendre son véhicule. Utiliser les transports en commun, le covoiturage, son vélo, ses rollers ou ses pieds quand cela est possible.
. Encourager ses enfants à utiliser leur vélo pour se rendre à l'école plutôt que de les y accompagner en voiture.
. Respecter et être attentif aux pic de pollution permettant la restriction de circulation dès le niveau 3 (sur une échelle de 1 à 10). Pour connaître la qualité de l'air, on peut appeler une association de surveillance de la qualité de l'air (pour le parisiens, c'est Airparif au 01.44.59.47.64 ou sur le site http://www.airparif.asso.fr/). Il est également possible de surveiller la pollution atmosphérique de l'air grâce à de petits analyseurs qui vous permettrons d'agir en conséquence.
. Entreprises, préférez le fret par rail plutôt que les transporteurs routiers (les plus polluants des véhicules !)
. Citadins peu sportifs, allergiques aux transports en commun ? Investissez dans un scooter. La moto est en revanche très polluante, considérée la comme une voiture en matière de pollution.

Les pouvoirs publics appellent régulièrement les enfants en bas âges, les asthmatiques, les personnes âgées, les allergiques à ne pas sortir en cas de pic de pollution. Une situation qui à court, moyen et long terme pourrait devenir insupportable. C'est pourquoi respecter son environnement est, comme les associations de défense de la planète, le devoir de chacun, et surtout de tout automobiliste.

Liens utiles :
http://www.globenet.org/ape/liens/liens.html : annuaire des associations de protection de l'environnement.
http://www.environnement.gouv.fr/actua/cominfos/dosdir/DIRPPR/air/assocair.html : site région par région des associations de surveillance de la qualité de l'air.
http://www.airparif.asso.fr/ : pour surveiller la qualité de l'air en île de France .  http://www.ifrance.com/terre-nature/auto.htm : recommandations pour limiter la pollution automobile.

Deux motorisations, trois types de pollution
Il existe trois grands types de pollution : le gaz carbonique, les oxydes d'azote et les particules. Comment réagissent les moteurs essence et diesel ? En fait, on assiste à un match nul, puisque les deux motorisations ne polluent pas de la même façon !

Pollution Caractéristiques
de la pollution
Essence Diesel
Le gaz carbonique (CO2) Le gaz carbonique est responsable de l'effet de serre : la destruction de la couche d'ozone qu'il engendre contribue au réchauffement de la planète L'essence est facteur de dégagement de CO2 dans l'atmosphère. Les brusques changements de régime (de vitesses) accentuent le phénomène. Les accélérations en ville, notamment. Le moteur diesel rejette moins de CO2 (- 25%) dans l'atmosphère, de part ses meilleurs rendements énergétiques.
Les oxydes d'azote Ils contribuent à modifier la qualité de l'air, surtout par temps chaud. Ils sont à l'origine des difficultés respiratoires et des allergies L'essence est dans ce domaine moins polluante. Les pots catalytiques ont amoindri le problème. Mais il y a tout de même des rejets. Mauvais point pour les diesels : 50% des oxydes d'azote sont dus aux moteurs diesels (dont les utilitaires et camions), les 50% autres étant dus au chauffage urbain. Mais il faut faire le distinguo : les diesels catalysés ne seraient responsables que de 3,7% de cette pollution.
Les particules Il s'agit de ces fumées noirâtres qui exaspèrent les piétons et les cyclistes. Ils sont aussi désastreux pour tous les insuffisants respiratoires. Certains considèrent qu'ils seraient cancérigènes Le pot catalytique a réduit depuis 1993 la pollution en ce domaine et l'essence reste moins gravement polluante que le diesel concernant les particules. Les diesels sont montrés du doigt, surtout pour les très fines particules, celles qui sont les plus pernicieuses en terme de santé. Le filtre à particule en retient 90% mais il n'est pas présent sur tous les modèles. Une directive européenne applicable en 2006 imposera ce filtre.



Bon à savoir

A cylindrée égale, le moteur diesel consomme moins de carburant donc, proportionnellement, rejette moins de polluants dans l'atmosphère.







   

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site