trottoirs glissants

 
 Une femme reçoit souvent son amant pendant que son mari est au travail. Un jour, son fils de 8 ans se cache dans l'armoire pour voir ce que sa mère fait avec cet homme-là. Un moment plus tard, le mari rentre à l'improviste.
Paniquée, la femme cache son amant, dans la même armoire.

> > le fils : fait sombre ici.
> > l'homme : ouais c'est vrai
> > le fils : j'ai un ballon de foot
> > l'homme : content pour toi
> > le fils : tu veux l'acheter ?
> > l'homme : non merci
> > le fils : mon père est là dehors
> > l'homme : ok, combien ?
> > le fils : 250 balles

Quelques jours plus tard, le fils se retrouve de nouveau dans l'armoire, en compagnie de l'amant de sa mère :

> > le fils : fait sombre ici
> > l'homme : ouais c'est vrai
> > le fils : j'ai des super baskets
> > l'homme se rappelant la dernière fois grimace : combien ?
> > le fils : 500 balles

Quelques jours plus tard, le père dit à son fils : mets tes baskets et prends ton ballon, on va faire une partie.

> > le fils : je peux pas, j'ai tout vendu
> > le père : pour combien
> > le fils : 750 balles
> > le père : c'est inadmissible d'arnaquer les gens comme ça, ces affaires n'ont jamais coûté ce prix là, je t'amène à l'église pour te confesser.

Le père amène son fils à l'église, le pousse dans le confessionnal et ferme la porte.

> > le fils : fait sombre ici
> > le curé : merde, maintenant t'arrête tes conneries !!
 
 
Un dimanche, pour son sermon, le curé du village dit à ses paroissiens :
"A partir de maintenant, je ne veux plus entendre parler d'adultère
dans les confessions. C'est bien simple, si j'entends encore quelqu'un
confesser qu'il a trompé son mari ou sa femme, je demande à changer de
paroisse!"

Comme tout le monde aime bien le curé, une réunion
informelle a lieu dès la sortie de la messe, et il est décidé de
continuer à confesser les adultères, mais d'utiliser un code pour ce pêché
: il est convenu que lorsque quelqu'un aura fauté sexuellement, il
confessera être tombé par terre et avoir proféré des jurons à cette
occasion.

Une semaine plus tard, le curé croise le maire du village dans la rue.

"Bonjour Monsieur le Maire. Dites-moi, je suis bien
content de vous voir. Vous devriez faire étendre du sable sur les
trottoirs. Plusieurs personnes se plaignent d'être tombées par terre!"

Le maire ne peut pas s'empêcher de rigoler en entendant la remarque
naïve de son curé, mais le curé le coupe tout de suite :

"Vous ne devriez pas rire de ça, rien que cette
semaine, votre femme est quand même tombée trois fois!..."
 
 
 
 
 
 
 
Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site