l'arnaque des riches du lundi 16 mai férié

Au lendemain de la canicule de l’été 2003, au cours de laquelle près de 15000 personnes âgées ont trouvé la mort, le Premier ministre, Jean-Pierre Raffarin, avait appelé à un « surcroît de fraternité », afin de financer la dépendance des personnes âgées ou handicapées.

 

La loi du 30 juin 2004 relative au dispositif de solidarité pour l'autonomie des personnes âgées et des personnes handicapées a posé le principe d'une journée de solidarité (journée de travail supplémentaire sans rémunération supplémentaire) accompagnée d'une contribution patronale, assise sur les salaires et affectée à la Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie depuis le 1er juillet 2004.

 

Mais en réalité, sous couvert de solidarité, et jouant honteusement sur l’émotion légitime de la population provoquée par la catastrophe de la canicule, le gouvernement tente tout simplement de rallonger la durée du temps de travail.

 

Il ne fait aucun doute que les salariés sont favorables en majorité à plus de fraternité, mais concrètement, les seuls vrais bénéficiaires de cette affaire sont le Medef et le gouvernement de Raffarin.

Dans les faits, il s’agit d’introduire une contribution nouvelle qui n’affecte que les seuls salariés et dont les entreprises seront bénéficiaires puisqu’elles profiteront d’une journée de production supplémentaire.

 

Première arnaque : On aurait pu penser au départ que les richesses créées lors de cette journée de travail supplémentaire auraient été reversées dans cette caisse. Or, dans ce cas, il ne s’agit pour le patronat que de reverser un infime pourcentage de 0,3% de la masse salariale, au lieu de la plus value réalisée grâce au travail des salariés cette journée, qui serait une somme beaucoup plus importante.

 

Deuxième arnaque : Prenons l’exemple d’un salarié qui gagne 11,60 Є de l’heure et qui travaille 151.64 heures par mois pour un salaire mensuel de 1758,08 Є. Le dispositif imaginé par Jean-Pierre Raffarin constitue pour le patron une aubaine. Si le salarié devait recevoir son salaire pour ces 7 heures de travail, il toucherait 7 x 11,60 + 25% de majoration d’heures supplémentaires, soit 101,50 Є. Son patron devrait y rajouter 40% de cotisation sociales, soit un total de 142,10 Є.

Zone de Texte: L'Assemblée Nationale sera ... FERMEE le lundi de Pentecôte !!!

L'Assemblée nationale fermera ses portes, et le travail parlementaire sera suspendu du lundi de Pentecôte 16 mai au mardi 31 mai.

Dépêche AFP du 08/03/2005
Avec le dispositif, l’employeur va verser à la caisse de solidarité une cotisation de 63,29  Є calculée comme suit : 175.08 x 12 x 0,3%. On peut dire que pour l’employeur, cette journée de production supplémentaire est très avantageuse puisqu’elle aurait du lui coûter 142,10 Є et qu’il ne va finalement devoir débourser que 63,29 Є, soit un gain de 78.81 Є.

Si l’employeur verse 63.29 Є à la caisse de solidarité, il ne verse en revanche aucune cotisation sociale puisqu’il ne paie pas de salaire, soit un manque à gagner de 40,60 Є pour notre système de protection sociale.

 

Pour la CGT, il est donc inadmissible de travailler gratuitement le lundi 16 mai 2005, comme nous le demande la direction dans la note de NFHL du 9 novembre 2004.

 


 

Au lendemain de la canicule de l’été 2003, au cours de laquelle près de 15000 personnes âgées ont trouvé la mort, le Premier ministre, Jean-Pierre Raffarin, avait appelé à un « surcroît de fraternité », afin de financer la dépendance des personnes âgées ou handicapées.

 

La loi du 30 juin 2004 relative au dispositif de solidarité pour l'autonomie des personnes âgées et des personnes handicapées a posé le principe d'une journée de solidarité (journée de travail supplémentaire sans rémunération supplémentaire) accompagnée d'une contribution patronale, assise sur les salaires et affectée à la Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie depuis le 1er juillet 2004.

 

Mais en réalité, sous couvert de solidarité, et jouant honteusement sur l’émotion légitime de la population provoquée par la catastrophe de la canicule, le gouvernement tente tout simplement de rallonger la durée du temps de travail.

 

Il ne fait aucun doute que les salariés sont favorables en majorité à plus de fraternité, mais concrètement, les seuls vrais bénéficiaires de cette affaire sont le Medef et le gouvernement de Raffarin.

Dans les faits, il s’agit d’introduire une contribution nouvelle qui n’affecte que les seuls salariés et dont les entreprises seront bénéficiaires puisqu’elles profiteront d’une journée de production supplémentaire.

 

Première arnaque : On aurait pu penser au départ que les richesses créées lors de cette journée de travail supplémentaire auraient été reversées dans cette caisse. Or, dans ce cas, il ne s’agit pour le patronat que de reverser un infime pourcentage de 0,3% de la masse salariale, au lieu de la plus value réalisée grâce au travail des salariés cette journée, qui serait une somme beaucoup plus importante.

 

Deuxième arnaque : Prenons l’exemple d’un salarié qui gagne 11,60 Є de l’heure et qui travaille 151.64 heures par mois pour un salaire mensuel de 1758,08 Є. Le dispositif imaginé par Jean-Pierre Raffarin constitue pour le patron une aubaine. Si le salarié devait recevoir son salaire pour ces 7 heures de travail, il toucherait 7 x 11,60 + 25% de majoration d’heures supplémentaires, soit 101,50 Є. Son patron devrait y rajouter 40% de cotisation sociales, soit un total de 142,10 Є.

Zone de Texte: L'Assemblée Nationale sera ... FERMEE le lundi de Pentecôte !!!

L'Assemblée nationale fermera ses portes, et le travail parlementaire sera suspendu du lundi de Pentecôte 16 mai au mardi 31 mai.

Dépêche AFP du 08/03/2005
Avec le dispositif, l’employeur va verser à la caisse de solidarité une cotisation de 63,29  Є calculée comme suit : 175.08 x 12 x 0,3%. On peut dire que pour l’employeur, cette journée de production supplémentaire est très avantageuse puisqu’elle aurait du lui coûter 142,10 Є et qu’il ne va finalement devoir débourser que 63,29 Є, soit un gain de 78.81 Є.

Si l’employeur verse 63.29 Є à la caisse de solidarité, il ne verse en revanche aucune cotisation sociale puisqu’il ne paie pas de salaire, soit un manque à gagner de 40,60 Є pour notre système de protection sociale.

 

 il est donc inadmissible de travailler gratuitement le lundi 16 mai 2005,

 

 lundi de Pentecôte

Lettre ouverte au peuple français victime de l'escroc de l'Elysée et de
celui de Matignon
Je suis un citoyen et un salarié Français

En tant que tel
      je paye  l'impôt sur le revenu
      je paye la taxe d'habitation
      je paye la taxe foncière
      je paye la Taxe sur la Valeur Ajoutée (TVA)
      je paye la taxe sur les produits pétroliers
      je paye la redevance télévision
      je paye des contributions sociales
      je paye des contributions retraites
      je paye le 1% solidarité (solidarité des fonctionnaires envers les chômeurs du privé, beaucoup l'ont oublié...
      je paye des cotisations sociales lorsque j'achète de l'alcool ou des cigarettes
      je paye mes amendes le cas échéant (c'est très facile d'être un "cas échéant" depuis Sarkozy)

      Je ne conteste pas le fait de débourser ces sommes.

Je suis pour l'impôt, je suis pour qu'il soit équitable et pour une contribution de tout citoyen à  l'élaboration collective de la communauté humaine.

L'impôt permet à la collectivité de faire oeuvre de solidarité et de rendre les services que nous sommes en droit d'attendre pour nous et pour nos concitoyens.

Or, aujourd'hui, un escroc dont la place devrait être en prison et non à l'Elysée et un maquignon retors veulent me faire payer un crime que je n'ai pas commis.

Ils me demandent, le lundi de Pentecôte, de faire un Travail d'Intérêt Général (T.I.G) (pour ceux qui l'ignorent: mesure pénale substitutif d'une peine de prison ) pourtant :
            je ne suis pas responsable de la mauvaise gestion des fonds publics
            je ne suis pas responsable des cadeaux fiscaux faits aux plus nantis au détriment des personnes  les plus démunies
            je ne suis pas responsable de l'imprévoyance des pouvoirs politiques et de l'incurie des ministres (ir)responsables
              je ne suis pas responsable de la dérive mercantile des maisons de retraites
            je ne suis pas responsable du manque de personnel soignant dans les dites maisons et de leur manque de qualification
            je ne suis pas responsable du manque d'inspecteurs des DDASS et du manque de contrôle et d'encadrement des maisons de retraites
            je ne suis pas responsable de l'extrême dégradation des services d'urgence et plus généralement de la dégradation des conditions de travail et d'accueil de l'hôpital public
            je ne suis pas responsable des milliers d'heures d'aide ménagère qui ont été supprimées, faute de crédit
            je ne suis pas responsable d'une société qui éloigne les familles car la "mobilité" est devenue  une valeur d'insertion professionnelle et social.

            Tous ces faits, en tant que citoyen, je les dénoncent et je les combats


            Avec un cynisme écoeurant et un aplomb effarant, on me demande de faire oeuvre de  solidarité ? !! (voir feuille suivante)







Solidarité ? Alors que dans le même temps l'impôt sur les
            grandes fortunes a été diminué !

Solidarité ? Alors qu'un grand patron se paye une retraite
            dorée de 87 millions d'euro (soit globalement 6 000 ans de
            salaire d'un smicard) ? !

Solidarité ? Alors qu'à  peine au pouvoir, les ministres ont
            multiplié par 7 leurs "indemnités" ? !

Solidarité ? Alors que nos patrons délocalisent à tout va,
            créant du chômage et ne payent plus d'impôts en France ?!

Solidarité ? Alors que l'impôt sur les société a baissé de 30% ? !

Solidarité ? Alors que le déficit de la Sécu est notamment dû
            à  de grandes entreprises qui ne payent pas leurs cotisations
            sociales en toute impunité ...

Monsieur Chirac ! Monsieur Raffarin ! Ne venez pas me parler de solidarité !

Je ne suis pas dupe de vos mensonges, de vos veuleries, de vos
            tromperies
Je ne travaillerai ni ce lundi de Pentecôte ni tous ceux a suivre !

et ce jusqu'a  l'âge de la retraite (à 65 ans si je veux partir avec quelque chose de décent compte tenu votre réforme inique)
J'appelle tous mes concitoyens à en faire autant
le 16 mai : Sabotons l'offensive des politiques au service du MEDEF

personne dans les écoles, ni profs, ni élèves !
personne dans les bureaux !
personne dans les usines !
personne dans les magasins, ni clients (surtout pas !), ni
            caissières !

préparez un pique nique, allez à la plage, faites l'amour

jouez aux boules, invitez votre grand-mère à manger,

jouez de la musique, tondez la pelouse....

                  mais n'allez pas travailler !!!

seul un mouvement populaire de grande ampleur pourra montrer notre détermination

Ensemble nous vaincrons !

Ensemble nous pourrons exiger d'autres solidarités, plus justes, plus  humaines!


Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site